bois encrés

choses tentées

Ça fait un moment que je voulais imprimer la coupe d’un tronc d’arbre.

Après pas mal de tâtonnements, du style « tiens, je vais creuser les cernes les plus tendres à la gouge, ça fera l’affaire » (résultat : ça ne fait pas l’affaire du tout), je suis tombée sur le site d’un artiste qui sait faire, et donc j’ai fait.

L’arbre est un acacia ; pour bien faire ressortir les cernes, il faut un bon ponçage préalable, puis on passe la surface au chalumeau : tous les détails se révèlent, d’autres se créent, des fissures, des craquèlements… Un coup de brosse métallique pour nettoyer, c’est prêt pour l’encrage.

Ici, l’encre est à l’huile, fluide mais pas trop (Sakura), l’impression se fait à la cuillère à soupe et à la patience, et le résultat n’est pas mal…

Le site de l’artiste est là : http://www.bryannashgill.com/

Depuis je fouille les bois avoisinants à la recherche d’une belle tranche d’arbre qu’un forestier aurait oubliée.

monument équestre

sculpture

Un travail entamé depuis longtemps, et pas encore tout à fait fini : un bébé princier assoupi sur sa monture.

L’âne est fait en terre-papier, sur une armature métallique, puis peint. La technique permet (en principe) de réaliser des grandes pièces pas trop lourdes, et qui ne sont pas très sensibles au retrait à la cuisson.

Il me reste à coudre un beau manteau, s’étalant avec le plus de majesté possible sur la croupe de l’âne.

Terre-papier, terre, tissus, bois, peinture…

Confinés

sculpture

 

J’ai fait ces deux sculptures il y a déjà un moment, en obéissant juste à l’envie de faire des petits groupes humains perchés sur trop de jambes. Je n’en étais pas très contente : pas assez d’émail sur l’une, trop sur l’autre…

Aujourd’hui je les regarde autrement, ces petits personnages viennent de prendre tout leur sens : ils sont confinés, bien sûr.

Terre à raku, émail, enfumage.

guerriers, bousiers

sculpture

Une série de sculptures, inspirées de la similitude entre certains coléoptères, et d’anciens casques de guerre.

Les bestioles sont montées sur des socles en acier, dont la fabrication a pris presque autant de temps que les sculptures elles-mêmes…

Expo Kaïros

liens

L’expo Kaïros se précise, le reportage dessiné par les Mine de Voir rentre dans le concret : on montre une centaine de dessins, effectués pendant 7 ou 8 mois sur le chantier Kaïros à Montlivault.

Aux crayons et aux pinceaux, Myriam et Denis Landreau, et moi-même.

Du 4 au 19 août, en flânant à Saint-Dyé / Loire et juste avant, ou après avoir bu un pot dans l’un des deux bistrots qui se font face, le visiteur pourra apprendre à distinguer un râble d’une courbe, et n’ignorera plus rien du palatrage.

L’expo est ouverte du 4 au 19 août, tous les jours, de 11 à 18 h, dans la salle polyvalente rue Beaugécy, à Saint Dyé sur Loire ; l’entrée est gratuite.

Vernissage le 4 août à 18 h.