les infantes

sculpture

Deux petites infantes, noyées dans leur « guardainfante ». Elles pourraient être accablées par leur royale condition, mais heureusement  leur taux de consanguinité empêche leur juste perception des choses. Tant mieux pour elles.

monument équestre

sculpture

Un travail entamé depuis longtemps, et pas encore tout à fait fini : un bébé princier assoupi sur sa monture.

L’âne est fait en terre-papier, sur une armature métallique, puis peint. La technique permet (en principe) de réaliser des grandes pièces pas trop lourdes, et qui ne sont pas très sensibles au retrait à la cuisson.

Il me reste à coudre un beau manteau, s’étalant avec le plus de majesté possible sur la croupe de l’âne.

Terre-papier, terre, tissus, bois, peinture…

Confinés

sculpture

 

J’ai fait ces deux sculptures il y a déjà un moment, en obéissant juste à l’envie de faire des petits groupes humains perchés sur trop de jambes. Je n’en étais pas très contente : pas assez d’émail sur l’une, trop sur l’autre…

Aujourd’hui je les regarde autrement, ces petits personnages viennent de prendre tout leur sens : ils sont confinés, bien sûr.

Terre à raku, émail, enfumage.

guerriers, bousiers

sculpture

Une série de sculptures, inspirées de la similitude entre certains coléoptères, et d’anciens casques de guerre.

Les bestioles sont montées sur des socles en acier, dont la fabrication a pris presque autant de temps que les sculptures elles-mêmes…

les vierges, suite…

sculpture

Une dernière version (bicéphale) des vierges, avec une tentative de cuisson en gazette : la pièce a été enfermée dans une boîte en terre, en compagnie de lavande, de bouillie bordelaise, et emmaillotée de papier journal ; le tout amené aux alentours de 600° , brûle et s’enfume ; l’imprévisible est garanti.

les dauphins

sculpture

Fraîchement assemblé, un bébé tout mou mais couronné, peu conscient du poids de ses hautes fonctions. Visage, bras et jambes sont en argile, la petite robe est coupée dans d’anciens vêtements brocantés.

Il s’avachit tout seul dans d’heureuses positions d’abandon.

L’autre est ahuri et médaillé.